Comment se fixer une date limite pour terminer son roman (et la respecter) ?


Comment écrire un livre ? / mardi 8 mars 2022

L’écriture de ton roman s’éternise et tu voudrais en voir enfin le bout ? Se fixer une date limite est un excellent moyen de donner un coup de fouet à son processus d’écriture. Encore faut-il la respecter ! Conseils dans cet article.

Pourquoi se fixer une date limite ?

S’il y a un constat que j’ai fait à mes dépens, c’est bien celui-ci : plus on se donne du temps pour écrire, plus on utilise ce temps.

Parce qu’un écrit peut toujours être amélioré, encore et encore.

Parce qu’un auteur n’est jamais complètement satisfait de ses textes. Lis quelques interviews de grands auteurs et tu verras que je dis vrai.

Parce que plus on a de temps, plus on réfléchit, plus on hésite et moins on prend de décisions en pensant que la solution nous tombera du ciel.

C’est la raison pour laquelle si on ne prévoit pas une date pour terminer son roman, l’écriture risque de s’éterniser.

Tu vas sans doute me rétorquer qu’il t’est impossible de savoir quand ton roman sera terminé. Tout simplement car tu n’as aucune idée du temps que tu vas mettre.

Et tu auras raison. Il est extrêmement difficile de déterminer une date précise à laquelle tu pourras terminer ton roman.

Pourtant, cela ne doit pas t’empêcher de le faire. Même si tu ne la respectes pas, tu iras plus vite que si tu n’en as aucune.

Bien entendu, l’idéal est de trouver une date réaliste et nous verrons dans cet article comment le faire.

Méthode 1 : Se fixer sa propre date limite

La première façon de se fixer une date limite est de choisir soi-même cette date.

La bonne date limite est celle qui t’incite à avancer à un bon rythme. Mais sans que ton travail d’écriture n’en devienne trop stressant.

C’est un équilibre extrêmement difficile à trouver. On a tendance naturellement à se montrer trop optimiste.

Pour t’aider à fixer une date limite, voici une information que tu dois garder en tête : les auteurs les plus prolixes comme Stephen King (dont je vous encourage à lire les conseils d’écriture) ou Bernard Werber publient un roman par an. Cela signifie que réussir à finir un roman en un an (ou sans doute un peu moins pour laisser le temps des corrections et du travail avec l’éditeur) est un excellent rythme.

Donc tu peux déjà commencer à te demander si tu peux écrire ton roman en 12 mois.

Il faut garder à l’esprit que les auteurs dont je te parle sont expérimentés et vivent de l’écriture. Donc si tu débutes et que tu as un travail alimentaire, écrire un roman en un an sera plus difficile mais, avec du travail, ce n’est pas impossible.

Si tu penses que c’est un délai trop court, tu peux t’ajouter quelques mois de délais (un, deux, trois ou plus).

Si tu es déjà en cours d’écriture, tu peux soustraire à cette date le temps que tu y as déjà passé ou retirer le pourcentage d’avancement de ton projet.

A partir de là, tu disposes d’une date butoir. Bien entendu, il n’y a rien qui va t’obliger à la respecter, mais au moins, tu as en tête un objectif et c’est très précieux.

Fixer une date limite ne suffit cependant pas. Nous le verrons dans la suite de cet article, mais avant, je voudrais te parler d’un autre moyen de fixer une deadline.

Méthode 2 : Utiliser une date limite « externe »

La deuxième méthode consiste à utiliser les appels à textes et autres concours. Cette fois, tu n’auras pas le choix de la date et tu auras, en plus, l’obligation de terminer à la deadline prévue.

Il n’y a pas plus efficace pour avancer.

L’ennui, c’est que les appels à textes et autres concours ne sont jamais diffusés un an en avance. C’est donc une méthode difficile à utiliser si tu n’as pas encore commencé ton roman.

En revanche, si tu en es déjà à la moitié par exemple, tu peux envisager de répondre à un appel à textes chez un éditeur. Ton texte doit bien entendu remplir les critères demandés par l’éditeur.

Je t’invite à consulter mon article sur le sujet des appels à textes.

Si tu t’autoédites, tu peux également fixer une date limite « externe ». C’est-à-dire que tu vas annoncer au monde entier la date à laquelle tu vas faire paraître ton roman. Tu dois le faire partout : sur les réseaux sociaux, auprès de tes lecteurs, etc.

Même chose que pour les appels à textes, cette méthode ne fonctionne que si tu es déjà avancé dans ton roman. Tu vas difficilement pouvoir diffuser une date trop lointaine.

Méthode 3 : Autopublier son roman au fil de l’eau

Une autre excellent moyen de se forcer à avancer, c’est de diffuser ton roman sur une plateforme de publication chapitre par chapitre tel que Wattpad.

J’ai déjà consacré un certain nombre d’articles sur Wattpad si tu souhaites en savoir plus. Mais pour te résumer rapidement de quoi il s’agit, Wattpad est un site où tu vas pouvoir diffuser gratuitement auprès de lecteurs une histoire chapitre après chapitre .

Pour te faire repérer sur la plateforme, il convient de publier un ou deux chapitres par semaine.

Ce n’est pas une méthode pour se fixer une date limite à proprement parler, mais c’est tout comme. Si tu connais le nombre de chapitres de ton roman, tu pourras évaluer la date à laquelle tu vas terminer.

Planifier l’écriture de son roman à partir de la date limite

Comme je te l’indiquais, fixer une date limite ne suffit pas.

Si tu te contentes de déterminer une deadline et que tu te lances à l’aveuglette, il y a peu de chance que tu réussisses à la respecter.

Parce que tu n’auras aucune idée de la quantité de travail à fournir régulièrement pour l’atteindre. Par exemple, tu ne sauras pas combien de chapitres tu devras écrire par semaine.

Mais comment déterminer cette quantité de travail à partir de la date limite ?

Cela dépend de ta méthode de travail, si tu es un auteur « architecte » ou « jardinier ».

Si tu es architecte qui a besoin de concevoir la totalité de son roman avant de passer à l’écriture, tu peux découper ton temps en deux phases : la phase de conception (et tu te fixes une date où tu dois terminer), la phase d’écriture et la phase d’ajustements.

Si tu es un jardinier qui a besoin d’explorer concrètement son idée, à savoir passer directement à l’écriture, tu pourras découper aussi ton temps en deux phases : la phase du premier jet (et même chose, tu fixes une date intermédiaire), la phase de réécriture et la phase d’ajustement.

C’est une première étape. Elle doit s’adapter à ta personnalité d’auteur. C’est la raison pour laquelle je ne donne pas de recette précise.

Ensuite, pour la phase de rédaction à proprement parler, tu dois estimer la longueur de ton roman. Cela peut se faire de différentes manières : nombre de mots, nombre de chapitres, nombre de parties. Ou tout ce que tu peux quantifier précisément.

Ensuite, tu répartis cette quantité sur le temps dont tu disposes.

Si tu prévois un livre en 6 parties et que tu prévois de terminer dans 6 mois, tu peux ainsi déterminer de passer un mois à écrire chaque partie.

Tu te retrouveras donc avec une série de dates intermédiaires qui t’aideront à ne pas perdre le rythme. Et à ajuster la date limite finale si tu sens que les choses ne se déroulent pas comme prévu (ce qui a de fortes chances d’arriver !).

Que faire si tu n’arrives pas à respecter ta deadline ?

Tout d’abord, tu ne dois ni t’en vouloir ni te décourage. Il faut simplement chercher les raisons qui t’ont empêché de tenir les délais.

  • As-tu rencontré des imprévus qui t’ont empêché d’écrire ?
  • Ta date limite était-elle trop peu réaliste ?
  • As-tu mal estimé la quantité de travail à abattre ?

Les réponses t’aideront à faire mieux la prochaine fois, comme prendre de la marge pour /gérer les imprévus. Ce que je t’invite à faire car il y a malheureusement toujours des imprévus.

Ensuite, tu redéfinis la date limite en utilisant la méthode que je t’ai décrite plus haut. Tu estimes ce qu’il te reste à faire et tu replanifies.

Tu seras peut-être amené à redéfinir ta deadline plusieurs fois.

Et ce n’est pas grave. Ce qui compte, c’est d’avoir un objectif concret qui t’incite à avancer.

Conclusion

Vois-tu désormais l’intérêt de se fixer une date limite ?

Pour ma part, je me fixe toujours une deadline, que je ne respecte pas toujours (parce que j’ai tendance à être très optimiste), mais qui me permet de déterminer la quantité de travail à fournir chaque semaine (je me fixe un nombre de chapitres à écrire). J’ai également expérimenté la publication sur Wattpad, chapitre après chapitre, avec mon roman La Disparition.

Je peux vous assurer que ces méthodes donnent un coup de fouet à son processus d’écriture et permettent de gagner confiance en soi. Tout simplement parce que tu réaliseras que tu es capable de stimuler ta créativité à la demande !

Emilie Beltane