Comment écrire un roman avec la structure en trois actes ?


Comment écrire un livre ?, Méthode / mardi 22 février 2022

Tu souhaites écrire un roman, mais tu ne sais pas comment t’y prendre pour structurer ton histoire ? Il existe une façon très simple de procéder. Elle est très utilisée dans les films mais peut également s’appliquer à l’écriture d’un roman. Point sur la structure en trois actes.

La structure en trois actes, c’est quoi ?

C’est une structure qui découpe une histoire en trois partie, chaque partie ayant une fonction. C’est une structure simple à appréhender puisque de nombreuses histoires sont basés sur elle, comme les contes de fées, les films ou les pièces de théâtre. D’ailleurs, souviens-toi, tu as sûrement entendu parler d’elle à l’école. Peut-être que les expressions « situation initiale » ou « péripéties » te disent quelque chose.

Autant le dire tout de suite :

  • construire une histoire est plus complexe que de la découper simplement en trois parties ;
  • c’est une méthode parmi d’autres, il n’est pas obligatoire de la suivre à la lettre.

Cependant, c’est une excellente façon de procéder lorsqu’on débute l’écriture d’un roman et qu’on se sent un peu perdu par l’ampleur de la tâche. La structure en trois actes pose les bases d’une trame simple à suivre dans laquelle tu vas pouvoir faire évoluer tes personnages.

Et puis, comme je te le disais, elle est utilisée par beaucoup d’histoires. Ton lecteur est donc parfaitement familiarisé avec elle. Il est toujours intéressant de lui proposer des éléments rassurants, surtout pour un premier roman, afin d’éviter de le perdre par une approche trop complexe.

Et une structure classique ne t’empêchera pas d’inclure des éléments qui vont surprendre le lecteur.

L’acte 1 ou la situation initiale

Dans l’acte 1, on présente la situation initiale. Cette dernière expose le point de départ de ton histoire, à savoir les héros et l’univers. C’est le fameux « Il était une fois… » des contes.

Si tu souhaites raconter l’histoire d’un boulanger criblé de dettes qui découvre par hasard que sa machine à pétrir permet d’ouvrir un portail vers un autre monde, tu vas présenter dans l’acte 1 la vie de ce personnage, ses qualités, ses défauts, ses problèmes, etc.

La structure en trois actes se prête vraiment très bien aux histoires de ce type, qui mettent en scène un personnage relativement « passif » qui va vivre d’incroyables aventures.

Mais tu peux l’utiliser aussi pour des personnages plus « actifs ».

Si ton héros est un chasseur de trésor obsédé depuis des années par la recherche d’une relique mystique, tu peux le montrer en pleine action (par exemple en train de récupérer un autre trésor), afin de présenter ses atouts et ses défauts. Puis tu le montres de retour chez lui où l’on découvrira son obsession pour cette fameuse relique.

Tu notes que dans ce premier acte tel que je te le décris, on n’a pas encore lancé les « hostilités ». On garde tout cela pour l’acte 2.

Bien entendu, tu n’es pas obligé d’y consacrer deux cents pages (ce que je te déconseille d’ailleurs parce que le lecteur a hâte de découvrir les aventures de ton héros). L’acte 1 peut être même très court. Tout dépend que les éléments que tu as à présenter.

Le déclencheur

A la fin de l’acte 1 arrive ce qu’on appelle le déclencheur. Ce dernier est un événement, en général indépendant de la volonté du héros, qui va faire basculer la vie de ce dernier et entraîner une série de péripéties (qu’on décrira dans la prochaine partie).

Pour notre boulanger, c’est le moment où il découvre que sa machine à pétrir lui permet d’ouvrir un portail vers un monde parallèle. Poursuivi par des créanciers, il y pénètre pour leur échapper et se retrouve piégé de l’autre côté.

On voit dans cet exemple que l’événement déclencheur peut être une suite d’événements. En général, un personnage « passif » doit être vraiment poussé à se mettre en mouvement parce qu’il n’a aucune appétence particulière pour l’aventure.

Notre chasseur de trésors voit un personnage lui apporter une piste sérieuse pour retrouver la relique qu’il cherche depuis des années.

Dans tous les cas, l’événement déclencheur vient bouleverser la situation initiale et donne au personnage une nouvelle direction à suivre, voire un nouveau but si celui-ci est un personnage « passif ».

Notre boulanger se retrouve propulsé dans un monde parallèle et doit comprendre les règles de ce nouvel univers pour survivre et retourner chez lui.

L’acte 2 ou les péripéties

Dans le deuxième acte, le héros va tenter de poursuivre son tout nouvel objectif. Bien entendu, une série d’obstacles se dressera contre lui et il devra les contourner pour atteindre son but. C’est le principe de l’acte 2 : le héros face à des péripéties.

C’est en général la partie la plus longue du roman donc la plus difficile à structurer puisqu’il va se passer un grand nombre d’actions et qu’on peut s’y perdre rapidement.

Heureusement, il y a quelques astuces pour s’en sortir.

Première astuce : ce sont des ennemis qui mettent les obstacles sur le chemin du héros. On évite d’utiliser la malchance uniquement, car c’est en général assez peu satisfaisant pour le lecteur.

Notre boulanger se retrouve prisonnier d’un roi maléfique. Jeté en prison, il réussit à s’évader mais cette dernière lance ses troupes à sa poursuite.

Deuxième astuce : les obstacles doivent devenir de plus en plus difficiles. Ce crescendo est important car il permet de maintenir l’attention du lecteur. Si vous commencez par le plus dur, les événements suivants seront vus comme moins intéressants.

Le roi maléfique, au fur et à mesure que le héros lui échappe, envoie à ses trousses des soldats de plus en plus puissants.

Troisième astuce : un ou deux événements doivent être suffisamment importants pour réorienter l’histoire. En effet, si tu te contentes d’accumuler les obstacles, cela va s’avérer lassant pour le lecteur. Je te conseille donc de prévoir des événements bien particuliers qui vont bousculer le cours de l’intrigue et l’objectif du héros.

Notre boulanger découvre que le roi maléfique est sur le point de provoquer la destruction de ce monde parallèle.

Ce moment marque un tournant dans l’histoire qui permet de relancer l’attention du lecteur. D’une part, le boulanger va devoir quitter ce monde encore plus vite que prévu. D’autre part, il est ému par le sort des personnages qu’il a rencontrés et peut être tenté de les aider.

La fin de l’acte 2

Pour conclure l’acte 2, tu vas placer là encore un événement charnière chargé de lancer l’acte 3. L’acte 3 est le moment où le héros n’aura plus le choix que d’affronter ses adversaires.

C’est donc à la fin de l’acte 2 que se produit un événement qui va emmener le héros vers le combat final.

Notre boulanger est rattrapé par le roi maléfique qui le condamne à combattre dans une arène de gladiateurs surentraînés.

L’acte 3 ou le dénouement

Comme je te l’explique dans la précédente partie, le troisième acte est le moment où le héros combat son adversaire. Cet affrontement doit être l’épreuve la plus difficile de toute l’histoire.

C’est potentiellement un moment de suspense où le lecteur doit douter de la réussite du protagoniste. C’est le moment le plus tendu et le plus spectaculaire.

Notre boulanger réussit à provoquer une révolution parmi les gladiateurs et a destitué le roi diabolique.

L’acte 3 se conclut par la réussite du héros ou par son échec d’ailleurs, au choix.

La situation finale

La situation finale présente la situation du héros après son aventure. On y voit comment les événements l’ont transformé. C’est le fameux « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants des contes ».

Notre boulanger réussit à retourner dans son monde avec un trésor qui lui permet de régler ses dettes et il relance son affaire grâce à tout ce qu’il aura appris pendant cette aventure.

Comme pour la situation initiale, tu peux n’y consacrer que quelques pages.

Conclusion

Comme je le signalais plus haut, il y a beaucoup de façon d’écrire un livre et tous les auteurs, loin de là, n’utilisent pas la structure en trois actes que je viens de t’exposer. Quand on débute, poser un cadre simple pour développer son histoire est extrêmement important pour ne pas s’éparpiller et aller au bout de son histoire.

Si vous voulez aller plus loin sur la structure en trois actes:

  • L’écriture de scénarios de Jean-Marie Roth qui détaille toutes les étapes sur le sujet (c’est un ouvrage sur l’écriture de scénarios mais de nombreux éléments peuvent s’appliquer à l’écriture de romans).

Emilie Beltane