Techniques de réécriture : bien utiliser la chasse aux trésors


Comment écrire un livre ? / mardi 4 octobre 2022

La chasse aux trésors est une technique de réécriture que j’ai découverte en suivant une formation de Denis Tison en 2020. C’est un outil créatif qui intervient – en ce qui me concerne – au moment de la réécriture et qui est l’un de ceux que je préfère. Explications.

Avant de définir ce qu’est une chasse aux trésors, je voudrais évoquer une règle d’écriture que je trouve particulièrement pertinente :

Tout, absolument tout, dans ton histoire doit être utile.

Pour ma part, je suis très frustrée en tant que lectrice (et je pense ne pas être la seule) quand un auteur sème des éléments intéressants et intrigants (au début par exemple) et que ces derniers ne sont jamais réellement exploités par la suite. En somme, s’ils peuvent être supprimés sans que cela ne change rien au roman, j’ai l’impression de m’être fait… arnaquer.

À l’inverse, rien n’est pas là par hasard, je trouve cela vraiment plaisant parce qu’il émane de l’oeuvre une certaine maîtrise.

Et c’est là qu’intervient la chasse aux trésors.

Qu’est-ce que la chasse aux trésors ?

Cela consiste à relire son histoire et à noter tous les éléments intéressants qui ne sont pas exploités (ou peu). Il est difficile de définir ce qu’est exactement un élément intéressant peu exploité. On pourrait dire : quelque chose qui crée de l’attente, que le lecteur pourrait avoir envie de retrouver et qui ne revient pas dans la suite du roman.

Par exemple :

  • un personnage secondaire,
  • un objet trouvé à un moment par le héros ou possédé depuis le début
  • un animal de compagnie,
  • un lieu,
  • un événement,
  • un élément de décor de l’univers,
  • une expression particulière,
  • etc.

À toi de noter tout ce qui semble entrer dans cette catégorie.À cette étape, il faut tout relever sans se poser trop de questions, même si la liste paraît longue.

Quand faire une chasse aux trésors ?

Pour ma part, c’est un outil qui ne doit pas intervenir trop tôt.

Faire une chasse aux trésors sur un texte amené à bouger énormément me semble risqué puisque tu vas recenser des points qui vont être éliminés naturellement par la réécriture. Du travail pour rien, en somme.

Je préconise plutôt de l’utiliser sur une version suffisamment avancée quand la structure commence à être fixe, le nombre de chapitres, les personnages principaux, etc.

Comment utiliser le résultat de sa chasse aux trésors ?

C’est là que la chasse aux trésors devient intéressante pour la réécriture.

Tu disposes d’une liste de tout ce que tu as sous-exploité dans ton roman. Tu as certainement pris conscience que tous ces éléments provoqueront une déception chez le lecteur si tu les laisses tels quels.

Tu as plusieurs solutions pour traiter chaque point relevé.

1/ Fusionner les doublons

Cette technique peut s’appliquer à tout (objet, lieu, élément de décor, personnage…)

Elle consiste à prendre deux éléments et à n’en faire qu’un. Elle permet d’augmenter la lisibilité de l’histoire.

Par exemple, tu peux fusionner deux personnages secondaires en un seul et unique (surtout s’ils n’apparaissaient que très peu), ce qui lui donnera plus de profondeur, fera un prénom de moins à mémoriser pour le lecteur et donnera l’impression qu’il a un réel rôle à jouer.

La fusion est une technique qu’il n’est pas difficile à appliquer puisqu’elle demande souvent peu de modifications du texte, les éléments réunis restant finalement à leur place dans le roman.

2/ Trouver le moyen de réutiliser l’élément

Un peu plus compliqué que la fusion. Il s’agit de trouver le moyen de faire intervenir l’élément par la suite.

Tu dois te poser une série de questions qui dépendent de sa nature :

  • Un personnage peut-il s’avérer utile pour sortir le héros du pétrin à un moment de l’histoire ?
  • Un événement peut-il avoir une conséquence inattendue ?
  • Un lieu peut-il servir de cadre à une scène plutôt qu’un décor sans intérêt ?
  • Un objet peut-il appuyer plus la caractérisation de tel personnage ?
  • Etc.

Par exemple, le héros possède un chat au début du roman. Ensuite, il part pour d’incroyables aventures et on n’entend plus jamais parler de l’animal. Il peut être intéressant que le personnage retrouve la bête à la fin de l’histoire et se comporte différemment avec lui, montrant au lecteur à quel point il a été transformé par l’histoire.

Autre procédé : à un moment donné, le héros joue de malchance. Tu peux remplacer cette malchance par une conséquence d’une action qu’il a faite plus tôt dans l’intrigue.

Difficile de faire une liste exhaustive des possibilités mais je pense que tu as compris le principe. A toi d’être créatif !

3/ Renforcer le rôle de l’élément

Un ingrédient d’une histoire peut avoir plusieurs rôles. Il peut faire partie :

  • de l’intrigue et donc d’un enchaînement d’actions liées entre elles (telle action entraîne une autre, etc.)
  • de la caractérisation du personnage (quelque chose qui montre ses faiblesses, ses forces, sa transformation comme je l’expliquais plus haut)
  • de l’univers et de l’ambiance (un lieu, la météo, etc.)
  • du thème de l’histoire (c’est-à-dire tout ce qui est de l’ordre de la morale).

Si un élément t’a paru sous exploité au moment de la chasse aux trésors mais que tu l’avais créé pour une raison bien précise, cela signifie que tu dois te recentrer sur le rôle que tu souhaites lui donner.

Par exemple, ton héros se dispute avec un autre personnage pour montrer qu’il est soupe au lait. Avant l’altercation, tu as beaucoup décrit l’adversaire, ce qui le rend un peu trop important.

Dans ce cas, tu peux te concentrer sur la fonction de caractérisation. N’y a-t-il pas moyen de donner moins de place à ce personnage secondaire ? As-tu réellement besoin de le nommer ? De lui ajouter une histoire ? Ne peux-tu pas décrire de lui que le strict nécessaire ? Ainsi, tu vas permettre au lecteur de se focaliser sur la dispute et l’attitude de ton héros plutôt que sur ce personnage secondaire qui ne réapparaitra pas.

4/ Supprimer l’élément (y compris si tu l’adores et le trouves génial)

Oui, je sais, c’est dur.

Je te mets la citation de Stephen King pour te donner du courage.

Supprimez vos passages préférés, même lorsque cela brise votre coeur de petit scribe égocentrique: supprimez vos chouchous (…). Cette coupure permettra d’accélérer le rythme, et c’est ce que la plupart d’entre nous finit par avoir à faire.

Un passage génial qui n’apporte rien à l’histoire ne peut pas rester. Il créera une attente chez le lecteur qui, si elle n’est pas comblée, risque de provoquer une certaine déception.

L’éliminer ne veut pas dire qu’il est perdu : tu pourras exploiter ta bonne idée dans un prochain roman. Il ne faut pas oublier qu’un auteur écrit souvent sur les mêmes thèmes.

Malheureusement, il y a de fortes chances que la suppression soit le procédé que tu aies le plus à employer pour traiter le résultat de ta chasse aux trésors sous peine de s’arracher les cheveux à vouloir tout recycler.

Et cela est une bonne chose car, comme le dit Stephen King, tu vas accélérer le rythme et augmenter la lisibilité comme je le disais plus haut.

Et après la chasse aux trésors ?

Quand tu arriveras au bout de la liste, tu disposeras d’une série de corrections à effectuer sur ton roman.

Tu n’auras plus qu’à te lancer dans la réécriture !

N’hésite pas à me laisser un commentaire pour me faire part de ton expérience de la chasse aux trésors.

Emilie Beltane

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *